X
06 20 51 69 20 contact@actifreso.fr

Dernières actualités

Interview de Laëtitia Richez, Dircom et réseauteuse avertie

Avenante et au sourire constant, Laëtitia Richez appartient au cercle des entreprenants bienveillants, ceux qui vous invitent à agir sans vous forcer la main et qui rayonnent par leur communication constructive. C’était donc tout naturel qu’ActifRéso lui donne la parole.

 

Depuis quand réseautez-vous et quelle est votre motivation majeure ?

Aucune idée ! Je pense que cela s’est fait au fur et à mesure. Depuis 2009, je travaille pour Immersion, expert en réalité virtuelle et solutions collaboratives. J’y occupe désormais le poste de Directrice de la Communication. Cela m’amène forcément à rencontrer nos clients, nos partenaires et l’écosystème.
En tant que communicante, il y a par définition une partie des missions liées aux relations publics et plus généralement aux relations sociales. Depuis peu, je me rends compte que j’adore mettre les personnes en relation et les faire se rencontrer.

 

Selon vous, quelles sont les qualités et les pratiques d’un.e professionnel.le qui réseaute efficacement ?

Règle n°1 : s’intéresser aux autres avant de parler de soi. Même s’il faut évidemment parler de soi pour faire connaissance, monopoliser la parole ou ramener systématiquement la conversation à ses propres expériences ou connaissances peut vite être insupportable pour ses interlocuteurs.

Règle N°2 :  il faut être curieux et s’inscrire dans une démarche désintéressée. Savoir donner de son temps et de son réseau. Ne rien attendre en retour permet de ne pas être déçu.  Également d’être plus détendu dans les échanges et parfois d’avoir de bonnes opportunités qui se présentent. Avoir une bonne mémoire couplée à cette curiosité aide également : Qui est cette personne ? Quelle est la dernière actualité de sa structure ? Que m’a-t-elle raconté lors de notre dernier échange ?

Règle N°3 : Il faut aussi savoir faire des choix. Il y a tant d’événements que l’on ne peut humainement pas être partout, ne serait-ce que pour préserver sa vie personnelle et son sommeil ! Par ailleurs, je crois aussi qu’il ne faut pas être trop présent tout le temps, notamment sur les réseaux sociaux. Le risque est de saturer son audience, voire même d’engendrer un certain agacement à voir trop de publications de la même personne.

Dans ma pratique, le premier contact se fait soit en vrai soit en virtuel. Quel que soit l’univers dans lequel on s’est rencontré – physique ou numérique – être connectée avec ces personnes sur les réseaux sociaux permet de continuer à nous suivre mutuellement. J’avoue que j’ai une affection particulière pour LinkedIn, le réseau social où je me sens le plus à l’aise pour prendre la parole.

 

Quels sont les facteurs qui vous ont motivée à accepter la mission de vice-présidente de l’Apacom ? Quelles sont vos principales activités ?

J’avais reçu quelques sollicitations au cours des dernières années pour m’inviter à me présenter en tant que candidate au conseil d’administration de l’APACOM, l’Association des Professionnels (Néo)Aquitains de la Communication. A la fois un peu flattée et un peu étonnée que l’on pense à moi (coucou, syndrome de l’imposteur), j’estimais ne pas avoir suffisamment de temps à y consacrer pour faire les choses bien.

Je me suis finalement lancée en janvier 2021. J’ai eu la chance d’être élue administratrice et j’ai rejoint le bureau de l’APACOM en tant que vice-présidente aux côtés d’Odile Seiter, présidente.

Au sein de l’APACOM, je pilote le Club des DirComs & Annonceurs avec d’autres bénévoles. Nous organisons des rencontres et des ateliers pratiques pour les adhérents annonceurs qui y trouvent un lieu de partage entre pairs, très demandé. Je participe par ailleurs à la feuille de route de l’association ainsi qu’aux événements où je prends parfois la parole.

Enfin, comme tous les administrateurs, je m’inscris dans une démarche commune. Notre but est de fédérer les adhérents et de faire vivre notre association avec des rendez-vous pour tous. L’ambition plus globale est de faire rayonner l’association en tant que telle et valoriser nos métiers pour qu’ils soient mieux connus et reconnus. Enfin, le mandat actuel a fixé notamment deux enjeux forts : accompagner les carrières de ses adhérents et aller plus loin dans la responsabilité sociétale et environnementale de nos métiers de communicants, démarche initiée il y a déjà plusieurs années.

L’APACOM a de nombreux défis à relever dans les années qui viennent. J’invite les communicants qui ont des idées et de l’énergie à en faire profiter notre association. Les prochaines élections pour devenir administrateur/trice pour deux ans se dérouleront en janvier 2023.

 

Racontez-nous une anecdote en rapport avec le réseautage.

Dernièrement, j’ai été impressionnée par une nouvelle adhérente de l’APACOM récemment arrivée à Bordeaux à qui j’avais envoyé un message de bienvenue sur LinkedIn. Nos échanges s’étaient arrêtés là et nous ne nous étions encore jamais rencontrées. Lors d’un événement, elle m’a reconnue alors que je suis passée près d’elle. Elle m’a ensuite abordée et nous avons discuté un moment pour faire plus ample connaissance. Sacrée physionomiste !

 

Quelle pensée constructive souhaitez-vous partager avec votre réseau relationnel professionnel ?

Allez à la rencontre des personnes avec qui vous a envie de faire connaissance, que ce soit sur les réseaux ou en vrai. Il vous suffit d’une touche d’humilité, d’un sourire et parfois d’un brin d’humour si cela s’y prête, et vous irez aux portes de rencontres passionnantes. Lancez-vous !

 

Propos recueillis par Catherine SARNOW

Mot clés :

A propos de l'auteur

L'auteur n'a pas encore renseigné d'informations sur lui

Laissez une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.