X
06 20 51 69 20 contact@actifreso.fr

Dernières actualités

Béatrice Vendeaud : une réseauteuse investie

ActifRéso vous propose un nouveau format d’interview : les portraits des réseauteurs. Chaque mois, nous questionnerons un ou une professionnelle afin d’en apprendre plus à son sujet et de découvrir sa pratique du networking. Ce mois-ci, nous avons interviewé une professionnelle. Il s’agit de Béatrice Vendeaud, Directrice nationale des Partenariats Entreprises et du réseau des diplômés de l’ISEG depuis plus de 15 ans. Elle enseigne également auprès des étudiants de 1er cycle la stratégie de communication. Son fil rouge carrière : la communication et l’innovation. Béatrice possède cette curiosité associée à une fibre relationnelle qui facilite le réseautage. Présente, proactive et réactive sans jamais s’imposer, elle tisse constamment un large réseau de liens faibles et forts.

Quel est son métier ?

Son champ d’action est large. En voici un aperçu. Responsable de la politique des Relations Entreprises et des outils de gestion et de communication, elle co-construit et organise, avec les Responsables Relations Entreprises (RRE) répartis sur toute la France, les événements carrière, la mise en place de partenariats entreprises et les relations avec les diplômés. Elle est notamment à l’initiative de la gestion nationale de l’association des Anciens ISEG (2AI). Aux côtés des clubs régionaux, elle pilote les événements, l’animation du site, la conception de la newsletter et les enquêtes dédiés aux jeunes diplômés. J’allais oublier l’animation des communautés sur les réseaux sociaux…

Comment définiriez-vous votre profil de networkeuse ?

Je ne me vois pas vraiment comme une networkeuse, mais je sais que l’on m’attribue souvent un bon carnet d’adresses. Je pense plutôt que mon parcours et mon métier de départ, la communication, m’ont amenée à faire des rencontres à la croisée des chemins entre affinités professionnelles et personnelles.

J’ai eu beaucoup de chance dans mon parcours, avec des personnes qui m’ont ouvert des portes, aidée dans des moments difficiles ou fait découvrir de nouveaux horizons. De nature curieuse et empathique, je suis toujours partante pour faire de nouvelles rencontres et donner à mon tour un coup de pouce. Je pense plus particulièrement qu’il est indispensable d’aider les professionnels en devenir, de donner leur chance aux jeunes talents et d’encourager tous ceux qui prennent des risques et se lancent dans de nouvelles aventures professionnelles.

Réseautage virtuel ou physique, quelle est votre préférence ?

Je préfère les rencontres dans la vraie vie, même si le temps me manque parfois. Je m’efforce lors d’événements d’être dans une posture d’accueil, de connecter des personnes, car je sais combien c’est difficile d’arriver dans un lieu où l’on ne connait personne. J’ai un souvenir difficile de ma première année universitaire à Paris, où j’arrivais mon bac autrichien en poche, avec un français encore hésitant, sans connaître personne.

Pour revenir au réseau physique ou virtuel, je pense également que les deux se complètent très bien puisque les réseaux sociaux nous permettent de rester en contact avec des personnes que nous n’avons pas la chance de croiser au quotidien.

Quelles ont été vos difficultés en réseautant et comment les avez-vous supprimées ?

Les difficultés que l’on rencontre dans les réseaux sont les mêmes que celles que l’on rencontre dans sa vie professionnelle et personnelle. On tombe parfois sur des gens qui prennent plus qu’ils ne donnent ou qui considèrent votre implication comme un dû. Ces difficultés existeront toujours, il faut juste faire un tri dans ses contacts et éviter ce type de personnalités.

Qu’appréciez-vous le plus lorsque vous réseautez ?

J’apprécie particulièrement de bouger ; j’ai la chance de me partager entre Bordeaux et Paris et de faire partie de réseaux professionnels différents (l’Apacom, Réseaux Com’ Nouvelle-Aquitaine, 2AI). C’est intéressant de changer de perspective, d’avoir des éclairages différents, de voir le monde du business à travers le prisme de métiers différents. A la croisée des réseaux de la communication, du marketing, de la technologie voire de la finance, l’on constate que ces différents métiers s’enrichissent mutuellement et font avancer les entreprises. Il faut absolument éviter de faire des hiérarchies entres les professions et leur utilité pour l’entreprise.

Racontez-nous une anecdote en rapport avec le réseautage.

J’ai eu la chance de présider pendant deux ans Réseaux Com’ Nouvelle-Aquitaine, une fédération qui regroupe les réseaux de communicants en Nouvelle-Aquitaine (Apacom, Réseau Com’ 17, Réseau Com’79, Réseau Com 86’ et Réseau Com’ Limousin). Un soir, j’ai participé à un webinaire organisé par Réseau Com’ Limousin sur le Brand Content. Le webinaire était co-animé par une journaliste parisienne talentueuse, par ailleurs professionnelle de la réalisation de podcasts. J’ai pris contact avec elle pour l’animation de webinaires pour mon groupe d’écoles, l’ISEG. Nous nous sommes rencontrées à Paris et elle en a animés plusieurs, puis a commencé à produire des podcasts pour une autre école du groupe et j’ai toujours beaucoup de plaisir à travailler avec elle. Il est important que nous soyons conscients de la force du réseau dès lors que l’on s’ouvre à d’autres territoires voire à l’international car l’entre-soi n’a jamais fait avancer ni le business, ni le monde.

Propos recueillis par Catherine Sarnow

Mot clés :

A propos de l'auteur

L'auteur n'a pas encore renseigné d'informations sur lui

Laissez une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.